Je me lave plu(s) – en mieux

Je me lave plu(s) – en mieux

Vous vous lavez, vous ? Vous vous lavez depuis combien d’années, vous ?

Je récapitule selon l’internaute.fr, Se laver exprime l’idée que l’on procède à ses ablutions personnelles, pour son hygiène corporelle, en utilisant des produits à cet effet comme du savon ou des gels, et en se plaçant généralement sous une douche.  Donc se laver, c’est se mouiller, se passer du savon ou du gel douche qui décape, qui donne une odeur, qui donne l’impression d’être propre, rincer à l’eau car sinon ça colle, se sécher. Puis se passer de la crème. Puis dans la journée du déodorant.


Vous êtes adepte ? Moi j’étais adepte. Se frotter avec du savon pour enlever la saleté et les odeurs, ça me parlait, ça me faisait me sentir bien. Physiquement et mentalement. J’imagine vous aussi, n’est-ce pas ?!


Ce qui m’a fait changer – le point de rupture

Je me suis retrouvée chez des copains un jour et j’avais oublié mon savon. Etant adepte des produits bio et cela devait sûrement être une période où j’étais un peu extrémiste du naturel, je ne voulus pas utiliser leurs gels douche de supermarché Lambda. À cette époque-là, ma peau était aussi super sèche et je devais mettre souvent de la crème. Et j’étais aussi sujette régulièrement à des mycoses qui m’handicapaient et me fatiguaient. Je n’arrivais juste pas à m’en débarrasser comme si le “terrain” de mon corps était toujours la parfaite jachère pour les mycoses. En plus de cela, quelques temps auparavant, quelqu’un m’avait dit que dans leur famille, ils n’utilisaient que l’eau depuis, genre 10 ans. Et là je me dis : eh bien, c’est le moment d’essayer. Je vais tester !  L’expérimentation de l’épilation définitive étant dans la même période, je devais aussi bannir tout savon une semaine avant la séance d’épilation. Donc je me dis “bingo ! c’est le moment !”


Etape 1, début de l’expérimentation

Note préalable : je n’avais jamais utilisé de déodorant dans ma vie, toujours très peu de crème corporelle, et pour le visage, j’utilisais la même crème Ballot Flurin depuis plus d’une décennie (pouah ça fait vieux de dire ça !).

Donc voici que ce soir-là, dans la salle de bains de mes amies, je n’utilisais pas de savon, je me frottais juste le corps avec de l’eau, mais tout en gardant le savon pour les dessous de bras et parties intimes. Et puis je continuai le mois suivant : toujours pas de savon pour le corps, mais toujours pour sous les bras et les parties intimes avec mon savon Weleda. Je continuais à aller au sauna chaque mois. Pendant des mois, je n’ai utilisé aucun savon pour mon corps. Je n’ai pas vu de différence, à part celle d’acheter moins de savon, plutôt bon pour mon porte-monnaie. Je m’aperçus également que cette expérimentation fût très facile, rapide et presque banale ! Comme si mon corps était déjà prévu pour ça !


Etape 2, fini le savon

Je me suis dit : Allons plus loin, essayons de faire totalement sans savon et voir l’effet. La grande surprise ici, c’est que peu à peu, je sentis une différence de flore : je me sentais moins “à vif”, comme si la flore intime se modifiait, redevenait une barrière, le ph se modifiant et je commençais à avoir moins de mycoses. Si par inadvertance je réutilisais du savon, bam ! je le sentais direct comme une démangeaison, un côté abrasif et je me maudissais direct ! Je n’utilisais donc à ce moment-là plus de savon ni pour mon corps ni pour mes parties intimes. Et surprise, mon corps fonctionnait toujours en mode odeur normale ou discrète. Genre je ne voyais, sentais pas de différence en odeur ! Achetant toujours mon savon Weleda pour les cas où ou pour avant de me raser, je l’utilisais rarement mais avec plaisir.  Note de l’auteur : cette expérimentation a commencé il y a 2,5 ans au moment où je publie l’article de blog.


Etape 3, la validation suprême

Lors du déménagement dans notre nouvelle maison au printemps 2020, nous n’avons pas eu de douche pendant 1,5 mois. C’était alors lavage partiel et minimal dans la cuisine, genre camping, la figure au gant de toilette, les parties intimes dans une cuvette. Très roots. 😀 Du coup, je zappais souvent le corps vu l’inconfort de la situation. Et là, surprise !!! Chaque jour, on faisait des activités physiques, du jardinage, des choses dans la maison en plus de notre travail, eh bien, malgré cela, pas d’odeur, une simple odeur de peau. What?!!! Et oui, j’appris alors que la peau pouvait se réguler parfaitement seule. Et j’en suis encore à tomber de ma chaise à cette idée que je trouve toujours assez incroyable.


J’ai tiré plusieurs leçons de cette expérimentation. Plus(sss) on met de savon, plus(sss) on est habitué à certaines odeurs, plus on stimule la peau à s’adapter, plus on a besoin de l’hydrater. Mais en fait on peut aussi arrêter et retrouver un équilibre naturel très vite.  Aujourd’hui je prends une douche parce que ça m’aide à finir la journée, à me préparer pour la nuit. C’est plus un rituel, un moment pour moi qu’un lavage récurage. Je ne mets toujours pas de savon mais je fais des exceptions quand j’en ressens le besoin. Et j’ai depuis appris que bien sûr je suis pas la seule à faire cela, que beaucoup de gens le font mais ne le disent tout simplement pas car ce n’est pas très à la mode dans notre société ultra-hygiéniste qui promeut tous les 4 matins les meilleurs produits récurrents à la télé ! 😄


PS : J’ai appris la même chose à ma fille et utiliser du gel douche relève toujours de l’exception, sachons apprécier ces choses là à leur vraie valeur ! Celle d’un parfum. PPS : Le concept a fait des adeptes depuis 😉 mais je ne vous dirais pas qui ! 

Photo Tumblr.com



Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.