Week > week-end : et s’il n’y en avait plus ?

Week > week-end : et s’il n’y en avait plus ?
Une copine me raconte un soir comment elle travaille à distance, traduisant des BDs, écrivant des scénarios. Et peut-être tout en déménageant de l’autre côté de la planète.
Mon meilleur ami en NZ, travaille aussi à sa start-up depuis 7-8 ans depuis l’étranger, d’un peu partout.
2 amis travaillant pour Vemble, start-up aussi, essaient de pouvoir travailler à distance depuis la Thaïlande leur pays favori.
Nous entendons parler des retraites de plus en plus, de cet âge qu’ils (les gouvernements) poussent de plus en plus.
Puis je lis le livre de Timothy Feriss La semaine de 4 heures. Et LA même question revient sans cesse : Et si ton travail n’en était plus un ? mais juste une manière de vivre. Et si tu pouvais arriver à en faire une partie (ou tout entier) en étant n’importe où, ça donnerait quoi ?
Ma manière de travailler aujourd’hui est un mélange : vivre la vie et le travail comme des passions, avec autant de plaisir l’un l’autre sans avoir envie de les différencier ni de les mettre aux antipodes l’une de l’autre. Mon travail et ma vie se complète, ne font qu’un, se nourrissent l’un l’autre. Les priorités se combinent les unes aux autres.
Pourquoi ne pas travailler un dimanche quand il pleut dehors et profiter du mercredi pour sortir faire de l’escalade ou une rando ?
Des fois l’inspiration me vient un samedi ou un dimanche soir et puis rien en plein dans le tourbillon du travail… Il y a les phases du cycle de la femme, dont respecter cette énergie permet d’être beaucoup plus productive et efficace pendant l’autre moitié du cycle.
Est-on alors toujours à mettre son travail dans une boîte du 9-5 5 jours sur 7 ou pourrait-on commencer à imaginer plus de translations, de fluidité, d’intégration entre la vie professionnelle et celle familiale ?
J’ai cette envie de travailler dès maintenant à pouvoir travailler de partout dans le monde un jour dans ma vie.
Du coup, me voilà avec mon activité de doula et mon business de slingers. Il me manque encore un peu de start-up pour dynamiser le tout et un immense jardin pour me ressourcer et produire.
Je me demande toujours pourquoi je n’ai jamais pris vraiment au sérieux de travailler alors que j’ai déjà énormément travailler dans ma vie. Mais depuis quelque semaines, je vois qu’en fait la combinaison d’activités me permet une dynamique de vie complète, équilibrée, l’un nourrit l’autre sans le vouloir. Et que pour la première fois, je me prends très au sérieux !!! car c’est exactement la vie que je veux.
A suivre 😉


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.