Sortir du burn-out

Sortir du burn-out

Savourer un burn-out, c’est pas vraiment un truc facile. Quand on y est, impossible de voir devant, marcher droit demande tellement d’efforts. On ne voit pas encore d’issue de secours, la lumière au fond du tunnel. Tout semble encore très noir, très lourd même si on sent qu’on a besoin de bouger, de se remettre en mouvement, de faire quelque chose. Par où aller ? Par où commencer ? Comment redémarre-t-on ?J’ai compilé des pistes qui m’ont servi à moi et à d’autres.


Grand nettoyage de printemps

Dans le burn-out il y a beaucoup de choses qui ressortent du passé, des évènements, des mémoires, des aspects de nos personnalités, des émotions qui submergent le présent. Et on n’arrive pas forcément à s’en dépêtrer. Des blocages ou des choses non résolues de la vie, peuvent ressurgir et prendre beaucoup d’espace et d’énergie juste là maintenant. Beaucoup de nos bagages se déchargent juste ici devant nous, dans nous, maintenant. Comme s’ils n’attendaient qu’un burn out pour remettre ça sur le tapis. Comme s’ils prenaient l’opportunité du moment pour nous redemander de régler les problèmes une bonne fois pour toute. On doit se reconstruire mais d’abord, on ferait peut-être bien de nettoyer ? Mais comment se débarrasser de ces choses du passé ? Comment laisser tous ces vieux fantômes au placard une bonne fois pour toute ? Il va falloir assimiler. Là est une des clés. Si cela fait partie de votre chemin, embrassez-le, vivez-le pleinement. Résoudre les choses de la vie, les comprendre, les assimiler vous apportera un regain d’énergie.


Il y a plein d’outils que l’on peut utiliser, des outils thérapeutiques à part entière et des outils plus doux, à pratiquer chez soi. Souvent, on recommande des mélanges des deux pour permettre au corps et au mental d’assimiler chaque jour un peu plus et pas uniquement au cours de séances hebdomadaires chez un thérapeute. On a pas tous envie de parler, de se remémorer les évènements du passé, des traumatismes ou souvenirs pénibles. On sait néanmoins que l’on veut “guérir” de ces manières de fonctionner qui se répètent dans nos vies et qui nous empêche d’avancer ou de profiter profondément du moment présent.

Vous pourrez choisir les outils thérapeutiques en fonction du chemin que vous voulez prendre, aussi de la profondeur de certains blocages, de votre sensibilité par rapport à eux. Je voudrais vous en citer quelques-un avant d’y revenir en détail dans des articles prochains. Si, entre temps, vous avez des questions, envoyez-les moi par email.

  • Parler avec un psychothérapeute/psychologue : raconter, discuter, analyser sa situation et les possibles solutions avec l’aide du thérapeute. Le plus courant dans notre société.
  • L’hypnose : l’inconscient est parfois très fort et il semble impossible comprendre pourquoi l’on ne va pas bien ou comment changer, l’hypnose peut alors aider à “débloquer” doucement.
  • L’EMDR : Parfaite pour les traumatismes, l’on part de la sensation physique soit de l’émotion. Focalisé sur cela, le patient suit alors de ses yeux les mouvements de doigts du praticien et cela permet d’assimiler le passé et de ne plus être dans ce blocage au présent.
  • Le neurofeedback : Utilisé pour les gros traumatismes, les gens atteints de TDAH, TSPT, dépressions, douleurs chroniques ou maladies, mais aussi pour la performance sportive, cette technique douce ne fait pas revivre ou parler des problèmes mais agit sur les neurones du cerveau avec du feedback pour qu’ils reprennent une activité “normale”, non déformée par les circonstances de la vie.
  • Les constellations familiales : on rejoue alors les évènements du passé et cela permet de lâcher les émotions, de se rendre compte et d’assimiler ce qui s’est passé. Dénouer les noeuds et assimiler le caché, le non-dit.
  • Le yoga : Dans sa pratique, l’on va reconnecter aux sensations et à la respiration. On va apprendre à ré-habiter son corps et chaque jour connecter avec celui-ci.
  • La méditation : de l’étude des plus grands praticiens nous savons que la méditation a un effet sur les circuits neuronaux et permet de reprogrammer les structures du cerveau.

Il est toujours lourd et difficile de se sortir du passé pour être dans le présent et ces techniques pourront aider. A vous de choisir la vôtre en fonction de votre ressenti des choses à assimiler dans vous. On les nommera des outils et ils sont là pour venir aider à décortiquer vos “patterns”, manières de fonctionner qui se répètent”, nettoyer ces mémoires et re-donner au corps et au cerveau les “bonnes” informations pour réagir de manière non déterminée par les évènements du passé. C’est un chemin où l’on s’observera, où l’on grandira la conscience de ses ressentis et où l’on se prépare à renaître. On se sentira plus léger et l’on pourra enfin regarder sa vie avec un regard nouveau, moins conditionné, avec un peu plus de distance.


On ralentit tout

Nous en faisons trop, trop, tout le temps. Mais nous n’en avons même plus conscience. Reprenons à zéro. Ralentissons. C’est le moment de scruter et changer nos habitudes même les plus petites.

  • Le multitasking tue le cerveau : apprenez à arrêter de multi-tasker en permanence. Les femmes sont d’ailleurs les championnes : sur le chemin pour la machine à laver, elles s’occupent de 3 tâches au passage. STOP ! On recommence : une chose à la fois. On arrête de penser à 3 choses en même temps en épluchant les pommes de terre. On s’y oblige. On reprogramme nos neurones à la simplicité. Plus on entraîne notre cerveau à être partout tout le temps, plus il est habitué à se promener partout et tout le temps à notre insu : pas de quoi aider à dépasser le burn-out. Donc on arrête et on simplifie sa vie de tous les jours ainsi que ses pensées.
  • On externalise sa tête – on automatise => on fait des listes. On check la liste de ce que Paul doit emmener à l’école chaque matin. On vide sa tête au maximum. Et on trouve un endroit pour tout noter, pas un truc sur le tableau de la cuisine, sur le calepin du salon, sur l’agenda téléphone, sur un post-it. On choisit UN endroit. Votre endroit. On simplifie. On détoxifie toutes ces petites habitudes de vie qui font qu’on est sur tous les fronts tout le temps.
  • On fait du “deep work“, de longues plages de concentration autour d’un sujet, soit le travail, soit la cuisine, soit une promenade, bref, le concept ici (si vous voulez vous y plonger vous allez chez Cal Newport, livre Deep work) c’est le focus. On se concentre sur une chose et on s’y tient. Une chose, c’est tout. Un projet à la fois. Si on est concentré 1h ou 2h le matin et qu’on avance super bien, le résultat se répercute sur TOUT ce que vous allez faire par la suite dans la journée : vous avez “produit”, été créatif, puisé au fond de vous. Dans le focus, votre énergie est sereine, alignée, vous êtes dans le flow et vous aborderez le reste de la journée avec plus de sérénité.

Et si on s’écoutait ?

Donc nous revenons à la question : de quoi ai-je besoin ? Qu’est-ce qui me donne de l’énergie ? Qu’est-ce qui m’en prend ? Dans quel contexte ? Comment je me recharge ? Comment est-ce que je combine ?Comment prendre soin de moi-même ? Quels en sont les fondamentaux ? Comment est-ce que je m’écoute ? Est-ce que je m’entends vraiment ?

Chaque jour, comment est-ce que je fais le check-in de moi-même ? Comment est-ce que je fais le check-out en fin de journée ?


Nous n’apprenons nulle part à communiquer avec nous-même. Ni dans nos familles, ni à l’école. Et dans les prochaines décennies il va falloir que ça change. Très clairement. Nous le savons tous. Nous savons que nous allons droit dans le mur dans la société actuelle si nous n’élevons pas nos perceptions, nos compréhensions, notre connexion à nous-même. Le monde d’aujourd’hui va trop vite, nous offre trop, nous cible avec tout et tout le temps. Si nous voulons pouvoir continuer de nous développer, ce n’est pas en nous empoisonnant la vie, en étant constamment assommé, intoxiqué par la multitude de stimuli et substances disponibles, mais en la calibrant pour qu’elle nous convienne, en choisissant ce qui nous convient pour qu’on puisse continuer d’y grandir. Au passage, direction la bibliothèque et le livre de Jacques Salomé – Si je m’écoutais, je m’entendrais et La Voie du sentir, Luis Ansa.


Ce jour-là, je fais la liste des 5 choses à faire ces 5 prochains jours pour moi-même. Je me pose la question : quels sont aussi les 5 ingrédients dont j’ai besoin chaque jour pour garder un minimum d’énergie ? Prendre soin de soi, j’ai découvert que des fois c’était 1h par jour mais des fois 10 minutes suffisait en fonction de l’activité régénérante ! Repérez aussi ce qui enlève le pouvoir régénérant des choses : exemple tout simple, lire un livre mais être interrompu constamment par un conjoint ou enfant. De quoi a-t-on besoin alors ? Comment protège-t-on ces minutes si précieuses ?

Listez ce dont on a besoin, posez sur papier ce qui vous prend de l’énergie, ce qui vous donne de l’énergie, ce qui vous ne vous en donne ni n’en prend…


Et si on dessinait ?

Tant qu’on est occupé avec son papier, son crayon, son carnet ou son feutre, poussons un petit peu plus loin le dessin. Aujourd’hui si nous regardons vers le futur, nous n’avons plus la capacité de voir les solutions. Nous l’avons perdu dans ce tumulte de sensations. Tant pis, nous allons contourner cette habilité et la regagner autrement !

Ce qui est en votre pouvoir là tout de suite c’est de vous poser la question de votre ressenti par rapport à des situations bien données : quand IL fait cela, je ressens CE SENTIMENT ou CETTE EMOTION. Notons cela. Essayons de voir ce qu’il y a derrière l’émotion – tiens, je vois qu’il y a de la peur qu’il se fasse mal ou qu’il se passe autre chose ou je ne me sens pas respectée…. ETC Tous vos ressentis et vos émotions sont vrais – valides – réels – informatifs. Derrière chacun, il y a une vérité, quelque chose de pas exprimé. Je vous invite à poser sur papiers toutes les situations de micro-blocages et d’émotions.

Maintenant je vous propose de reprendre la même liste et d’écrire à côté, ou d’imaginer la situation idéale, de rêve, celle qui vous procurerait l’émotion inverse dans la même situation. Visualisez-la, décrivez-la bien. Reposez-vous et reprenez cela le lendemain ou quand vous êtes prêt. Le but est d’ouvrir votre cerveau à visualiser un autre possible. Mais aussi en ayant votre émotion posée sur papier, cette émotion qui vous appartient, ainsi que la situation idéale, vous avez en main un outil de communication : vous pouvez alors exprimer à quelqu’un : “dans telle situation, je me sens EMOTION X à cause de telle raison. Je me sentirais mieux, émotion Y si cela se passait différemment ou exemple.” Dans ce processus vous vous réappropriez votre ressenti. Et c’est le moment où vous pouvez éventuellement en discuter avec un compagnon, un tiers, ou encore un thérapeute pour imaginer à plusieurs des solutions. Cette manière dont vous vous exprimerez, elle vous obligera à vous approprier votre ressenti et à en être l’entier responsable, ce qui amènera l’autre en face de vous à pouvoir “reconnaître”, accepter votre émotion.


En burn-out on voit, on sent, on se sent sous l’influence de certaines choses extrêmement lourdes mais en passant par un processus qui oblige à reformuler précisément, finement, une chose par une chose, on arrive à pouvoir regarder les choses avec plus de distance, plus objectivement et également ensemble avec un partenaire ou quelqu’un d’autre.


C’est la porte ouverte alors à trouver une micro-solution qui change tout. Profitez de votre papier, carnet pour vous déchargez du trop plein que vous sentez. Posez-les loin de vous, loin de votre tête, dans votre cahier. Première prise de distance avec le stylo.


Des petits pas

Vous ne retrouverez pas votre énergie d’antan en quelques jours, oubliez ! Fixez-vous des micro objectifs. Chaque jour. Pas plus d’un par jour. Faites des petites étapes. A chaque jour sa peine. Peu à peu cela deviendra plus aisé de découper les grosses choses en de plus petites batailles. A chaque jour sa petite bataille. Une par une. Lentement. Connectez-vous au moment présent. Faites-en drastiquement moins. Sur le millard de choses que l’on fait par jour aujourd’hui, seules certaines sont indispensables et elles se comptent sur les doigts de la main.


Et on booste le corps

Je vous partage des conseils que j’ai récolté au fil des dernières années, d’entrepreneurs qui mènent des vies exceptionnelles où la conscience et le soin d’eux-mêmes équivaut à faire vivre des milliers de foyers. Ainsi que les conseils de personnes éveillées qui sont déjà beaucoup plus loin dans leur chemin de vie. Ces conseils sont simples mais peuvent TOUT changer.

  • Pour nourrir le cerveau, réparer les nerfs, prendre une grosse cuillère à soupe (non non vous ne vous trompez pas !!!! j’ai bien dit une cuillère à soupe) à jeûn de gelée royale fraîche – c’est cher mais ça change la vie.
  • On soutient le système immunitaire dans cette période pas facile : un shot de curcuma/turmeric par jour et pour les très grosses fatigues, 15 gouttes d’Echinacea forte dans un verre d’eau matin-midi-soir contre quelques gouttes chaque jour en temps normal.
  • Se réparer par le sommeil : Même si certains auront peut-être du mal à dormir, repérer combien d’heures de sommeil vous avez besoin pour bien fonctionner et tenez vous-y. Respectez aussi votre heure d’endormissement le plus possible.
  • Limiter les écrans chaque jour. Pour ceux qui passent trop de temps devant les écrans, plus la plage de temps sans écran est longue plus cela régénère. Si votre métier vous y oblige, prenez des pauses de 5 min toutes les heures et sortez prendre l’air frais. Après une certaine heure chaque jour, plus d’écran.
  • Boire beaucoup d’eau. La plupart d’entre nous ne boit pas sa ration quotidienne recommandée et cela aide drastiquement à la santé globale – 1,5 Litre/jour minimum sans compter l’apport par l’alimentation.
  • L’on est ce que l’on mange ! L’alimentation, nom d’un chien, comment peut-on attendre d’être plein d’énergie en mangeant des aliments sans énergie ?!! Manger bio, frais, de saison, 50% cru et 50% cuit pendant un an versus manger normal pendant un an, vous aurez la réponse. Et quand on est mange bien, on mange moins. Donc le corps utilise beaucoup moins d’énergie ! Allez, on mange moins mais mieux.
  • Se mettre en mouvement. En burn-out – 1h par jour minimum. Cela vous fera produire les hormones qui aideront le cerveau à mieux fonctionner. Dans le temps, vous trouverez votre rythme personnel. Sachez qu’une grosse partie des entrepreneurs répète souvent : sans le sport, je ne sais pas comment j’aurais fait.

Tout seul ou accompagné ?

Quels sont nos garde-fous ? Qui peut nous aider pour nous rappeler de penser à nous-même pendant cette phase de reconstruction ? Qui peut nous aider à nous protéger de nous-même ? Pour certains ce sera les rappels de leur smartphone, pour d’autres un ami, pour d’autres leur compagnon ou un thérapeute.


Si vous avez un blocage par rapport à cette démarche, cette démarche d’aller mieux, c’est assez courant. Si vous sentez vraiment que seul(e), vous n’avancerez pas, prenez un thérapeute à vos côtés pour vous insuffler de l’énergie, et vous poser des questions. Un thérapeute quel(le) qu’il(elle) soit, c’est un miroir, c’est quelqu’un avec de la perspective, c’est la vue hélicoptère si difficile pour nous à avoir. Des fois vous aurez la chance d’avoir un ou des amis capable de vous aider. Mais seuls certains pourront vraiment avoir un détachement et les outils de questionnement pour vous apprendre à pêcher et ne pas vous donner des poissons à manger – solutions toutes prêtes d’avance. Faire un plan d’action et avancer par petites étapes c’est pas évident pour tout le monde. Parfois avoir quelqu’un à ses côtés, quelqu’un que l’on paie pour son temps et ses compétences, nous aide à maintenir cet engagement par rapport à nous-même.


J’espère sincèrement que cet article vous aura apporté un petit quelque chose. Le principal n’est pas de tout résoudre du jour au lendemain. Trop s’est passé dans votre vie ces dernières années pour juste balayer le plus vite possible cette période, si peu agréable soit-elle. L’important est de faire une petite étape chaque jour. Avancer vers la compréhension de soi-même et reconnecter avec ce qui nous nourrit. Faites mieux chaque jour. Un petit quelque chose pour vous. Nourrissez-vous. Continuez. Continuez vers cet équilibre.

Noémie 🙂



Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.